Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/11/2020

Parlement de Strasbourg : l'union fait la force

Dans une tribune adressée aux DNA, Alexis Lehmann, président d'honneur de Strasbourg-Events et ancien président d'entreprise, va dans le même sens que Frédéric Bierry dans sa défense du Parlement européen. Il appelle à une Europe beaucoup plus unie.

 

parlement-europeen-2.jpg"Défendre le Parlement de Strasbourg, c'est protéger l'avenir des 400 millions d'Européens qui en sont les électeurs ! Je rejoins totalement le président Bierry dans sa défense du Parlement européen (DNA du 11 octobre 2020). Il dit notamment que "la technostructure bruxelloise fragilise la place de la France en Europe et aussi la réconciliation du projet européen avec les Peuples d'Europe".

En effet, la question qui se pose à eux aujourd'hui est simple !

Par qui voulez-vous être dépouillés ? La Chine, les USA, la Fédération de Russie ou par tous ensemble ?

Si la réponse probable est "par personne", il faut alors leur dire que la seule solution durable et efficace pour éviter cette menace annoncée est que la première puissance économique du monde devienne aussi une puissance politique susceptible d'être prise au sérieux, et pour autre chose qu'une proie potentielle !

Qu'est-ce que cela veut dire en langage simple ?


Pouvoir se défendre en cas d'agression
Donald Trump a prévenu : "Nous n'interviendrons plus". Or, pour le moment, l'UE n'a pas de capacité de défense autonome. Même si la France à l'arme nucléaire, son emploi offensif ou défensif doit encore être discuté entre ses membres et la position actuelle du Royaume-Uni est en question.  Toujours est-il que l'UE n'a aujourd'hui ni armée, ni armement commun !

Le choix des chasseurs bombardiers entre le Rafale de Dassault et l'Eurofighter franco-allemand d'Airbus n'est toujours pas tranché, alors que pour sa part, la Belgique a déjà, isolément, opté pour le F35 américain ! Tout est dit !


Pouvoir défendre nos produits et nos patrimoines

L'Allemagne est pratiquement le seul pays de l'UE à pouvoir affronter, grâce il faut le rappeler à la monnaie unique et à l'excellente "deutsche Qualität" de ses produits industriels, les conditions d'échange et de réciprocité imposées par le multilatéralisme ! Tous les autres pays de l'UE auraient avantage au contraire à revendiquer au moins pour quelques temps, le renforcement de barrières douanières pour un grand nombre de leurs produits !

Globalement, l'UE doit mieux protéger et défendre son patrimoine économique, ses richesses et, par exemple, cesser de vendre ses ports, ses aéroports, ses musées et ses palais, etc. !

Des règles communautaires strictes dans ces domaines doivent s'imposer auprès de l'ensemble des pays membres de l'UE.


Ne plus subir la domination
Ne plus subir la domination et le contrôle des grands réseaux numériques du monde, mais créer le nôtre.

Les GAFAM, 5G et autres Huawei sont les redoutables chevaux de Troie des prochaines décennies. Ils sont en mesure de prendre le contrôle de l'ensemble de nos banques de données, même des plus secrètes, et ainsi de tout connaître de nos actions privées et publiques...


Récupérer notre indépendance
Récupérer notre indépendance dans les produits de première nécessité, particulièrement dans le domaine de la santé, renforcer le développement des énergies renouvelables et statuer sur l'énergie nucléaire dont la France, par exemple, ne pourra pas se passer avant longtemps... Voilà en résumé le programme de bon sens qui entraînerait sans conteste l'adhésion des Peuples de l'Union pour faire le pas décisif vers un Etat européen unitaire ou fédéral, vers cette souveraineté, une nation européenne que les gouvernants hésitent à franchir en arguant fallacieusement qu'ils pourraient affronter seuls ces menaces qui pèsent sur eux ! Notre monde est définitivement global, structuré en grands blocs politiques où le seul destin des petits pays éclatés est celui d'être dépouillés."

 

Alexis Lehmann

 

Article paru dans les DNA - 07.11.2020

 

 

 

Écrire un commentaire